À propos de la schizophrénie

La schizophrénie est une pathologie complexe qui affecte le processus de la pensée ; elle est caractérisée par des hallucinations, des idées délirantes, une désorganisation de la pensée et des paroles ou un comportement étranges (ce qu’on appelle les « symptômes psychotiques »)1,2.

About Schizophrenia

Chez les personnes atteintes de schizophrénie, ces symptômes peuvent compromettre les relations avec les autres, la participation aux activités quotidiennes, et entraîner un repli sur soi.1,2

Vivre avec la schizophrénie : concepts actuels

La schizophrénie ne constitue pas un « dédoublement de la personnalité » à proprement parler, contrairement au sens étymologique du terme, mais les personnes qui en sont atteintes peuvent percevoir le monde différemment de leur entourage. Elles peuvent avoir des perceptions auditives, visuelles, olfactives que les autres n’ont pas ou ressentir des choses qui n’existent pas (des hallucinations), par exemple entendre des voix (l’hallucination la plus courante). Elles peuvent aussi être tout à fait convaincues de choses qui ne sont pas vraies (idées délirantes). Elles sont, par exemple, persuadées que les autres lisent ou contrôlent leurs pensées ou complotent contre elles. Leur vision du monde étant parfois déformée par les hallucinations et les idées délirantes, les personnes atteintes de schizophrénie peuvent ressentir de la peur, de l’anxiété et de la confusion. Elles peuvent devenir désorganisées au point de se faire peur à elles-mêmes et aux autres.

Si par le passé, une vision binaire de la schizophrénie prévalait, distinguant les
« malades » des « non-malades », cette approche a récemment cédé la place au concept d’un spectre allant de la « non-maladie » à la « maladie aiguë » en passant par divers degrés intermédiaires. Cela signifie que les personnes atteintes de schizophrénie peuvent connaître une amélioration, par l’apprentissage de la gestion de la maladie et l’obtention ou le recouvrement de capacités de fonctionnement quotidien adaptées à chacun. Plusieurs éléments dont l’utilité varie selon les personnes peuvent faciliter ce processus.

Le traitement joue un rôle essentiel chez la majorité des personnes atteintes de schizophrénie. Parallèlement aux traitements médicamenteux, apprendre à gérer la schizophrénie grâce à la thérapie par la parole peut également s’avérer bénéfique et les groupes d’entraide constituent également une source d’informations précieuses.

Pour certains, la peinture, la poésie et les autres activités créatives constituent des outils fondamentaux pour retrouver un équilibre. Pour d’autres, le sport et l’activité physique permettent de conserver une sensation de bien-être. C’est bien souvent l’association de médicaments et d’autres approches qui permet d’entamer un processus d’amélioration et de maintien de cette amélioration.

La schizophrénie peut entraîner des perturbations considérables dans la vie des malades. Pour la famille et les amis, l’observation des effets de la maladie et les difficultés rencontrées dans leur rôle de soutien peuvent créer une profonde angoisse. C’est particulièrement vrai pour les membres de la famille, qui gardent le souvenir de la personne telle qu’elle était avant d’être malade.

l est important de comprendre que, bien que la schizophrénie soit perturbante et effrayante, cela ne signifie pas nécessairement que les malades ne peuvent pas avoir une bonne qualité de vie et souvent même une vie professionnelle. Comme toutes les personnes atteintes d’une maladie de longue durée ou récurrente, les personnes souffrant de schizophrénie peuvent apprendre à gérer leurs troubles et à continuer à laisser la vie suivre son cours.

Combien de personnes souffrent de schizophrénie ?

La schizophrénie est présente dans le monde entier. Elle touche environ 1 % des personnes au cours de leur vie et son incidence est très similaire dans tous les
pays3 ,4.